alerte aux arnaques

Secteur automobile : attention aux arnaques

Dans le secteur automobile, lors de l’achat de véhicules, les escroqueries ne manquent pas. Ces arnaques concernent les particuliers et les professionnels du secteurs. Deux contrôleurs recrutés en 2017 sont venus déployer leurs compétences parmi les 700 experts automobile de la startup Easyverif. Ils ont pour mission de déjouer les fraudes et aider les consommateurs à acheter en toute sérénité. L’un est enseignant technique dans le secteur automobile, l’autre un ancien garagiste passionné. Nous faisons le point avec eux : 

Achat d’un véhicule : Restez prudents !  

Sachez que dans beaucoup de domaines il y a des arnaques à répétitions et cela est aussi valable pour les achats de véhicules. Afin d’effectuer cette transaction en toute sécurité, il est essentiel de rester prudent.

En effet, il est tout à fait possible de se faire avoir tant bien un côté du vendeur que de l’acheteur. Ainsi, vous pouvez avoir affaire à un centre qui effectue de faux contrôles techniques ou encore un vendeur malhonnête.

« Le rendez-vous entre les vendeurs et acheteurs était convenu devant un immeuble de la ville pour la vente d’une BMW. Premièrement, carte grise en main, je constate que le véhicule est au nom du père du vendeur. Un rapide tour pour comprendre que les jantes ne sont pas d’origine et que la peinture a été refaite. Mes doutes ont été confortés à l’ouverture du capot, les fils avaient été coupés et raccordés de façon non professionnelle. Mais surtout, je constate que les numéros de série ont été effacés et retapés. J’avais la certitude d’être face à un véhicule volé. »

Le vendeur n’était pas vraiment coopératif. Lorsque l’épouse de l’acheteur m’informe que la transaction se ferait en espèces et qu’elle détient 12 500 € dans son sac à main, j’ai vraiment commencé à paniquer. De plus, trois hommes attendaient dans la BMW. Avec un vague mensonge, et sans vraiment s’excuser, nous sommes partis, c’était sûr, la situation allait mal tourner. Il est parfois des contrôles peu rassurants.  Naïveté des acheteurs ou incompétence, je pense que tout le monde devrait être accompagné d’un professionnel pour l’achat d’un véhicule. » 

 Vendeur VS contrôleur : les précautions à prendre lors d’un contrôle

« Pour l’achat d’une Opel Corsa 2011, je prends RDV avec le vendeur. Il ne comprends pas pourquoi une expertise a été demandée et ne désire s’entretenir qu’avec l’acheteur du véhicule. Il précise que ce n’est pas « un contrôleur qui va m’apprendre l’automobile ». L’entretien n’a pas duré bien longtemps, il était évident qu’il ne souhaitait pas qu’un professionnel explore le véhicule. Curieuse réaction, non ? Sans même avoir approché le véhicule, je venais d’éviter une arnaque à mon client.» 

Comment peut-on contrer la mauvaise foi et la malhonnêteté des vendeurs ? 

Parfois l’annonce stipule un véhicule en bon état et aucun frais à prévoir mais la réalité est toute autre : pneus lisses, freins HS, moteur qui fume lors de l’essai, absence d’entretien intérieur, saleté, trous, volant usé, ou encore différentes options qui ne fonctionnent pas, vitres électriques, chauffage/clim, centralisation, présence de chocs, véhicule repeint, multiples rayures… Il existe également des litiges administratifs, véhicule vendu pour un 5 places et immatriculé pour 2. Néanmoins l’arnaque la plus récurrente étant la fraude au compteur kilométrique. Désormais, Easyverif fait également appel à l’entreprise Autorigin qui après étude de la plaque d’immatriculation délivre l’historique du véhicule, permet ainsi de lui assurer une véritable carte d’identité. Les contrôleurs Easyverif sont recrutés sur tout le territoire. Souvent d’anciens professionnels qui recherchent à la fois un complément de revenus ainsi que de continuer à exercer un métier qui les passionne. L’effectif de la startup devrait progressivement augmenter au cours de l’année afin de pallier au nombre impressionnant de demandes de missions qui ne cesse de croître.  Et nous n’avons aucun mal à comprendre pourquoi.

Laisser un commentaire